Sous le charme de Marianne Dubuc

Lire et faire lire sous le charme
de Marianne Dubuc

« Le 17 septembre dernier, à la suite de l’assemblée générale des membres de Lire et faire lire, une trentaine de personnes ont pu assister à un entretien avec Marianne Dubuc, célèbre auteure-illustratrice. Pour les personnes qui n’ont pas pu être présentes à cette rencontre dynamique et chaleureuse menée par Marie Fradette, journaliste en littérature de jeunesse au quotidien Le Devoir, nous proposons cet article en trois temps :

  • Qui est Marianne Dubuc?
  • Quel est son style?
  • Quelles sont ses préférences?

Qui est Marianne Dubuc?

Après avoir réalisé des études en design graphique, c’est en 2006 que Marianne Dubuc entame une carrière en littérature jeunesse, à la fois comme auteure et illustratrice. À ce jour, elle a publié plus d’une vingtaine de livres et ses œuvres sont traduites dans plus de 30 langues. Avec son partenaire Mathieu Lavoie, également auteur et illustrateur, elle fonde les éditions Album en 2018.

Marianne Dubuc a toujours été fascinée par l’image. Enfant, elle dessinait tout le temps et aimait créer avec ses mains. Dès son plus jeune âge, elle voulait devenir « dessinatrice pour les jeunes et écrire des histoires ». On peut d’ailleurs l’entendre, à l’âge de 8 ans, partager ses rêves d’écriture avec un journaliste en écoutant la capsule de la Fabrique culturelle.

Pour inventer ses histoires, Marianne s’intéresse aux émotions, par exemple, dans Le lion et l’oiseau (2013), l’auteure aborde la solitude et la perte de quelqu’un que l’on aime. Elle puise aussi largement dans ses souvenirs en pensant à la petite Marianne qu’elle était et à ce qu’elle aurait aimé. Elle a écrit Le chemin de la montagne (2017) pour sa grand-mère qui habitait sur le chemin de la montagne à Mont-St-Hilaire : « Je montais avec elle jusqu’au Pain de sucre. J’ai fait ça longtemps. C’était le contact avec la nature que j’avais grâce à elle, moi qui habitais à Montréal. Ce livre-là il est rempli de souvenirs d’enfance. Le petit chat Lulu et madame Blaireau, c’est moi et ma grand-mère ». Marianne en profite pour faire un lien avec Lire et faire lire : « au plaisir de partager une promenade avec ma grand-mère s’ajoutait toujours la transmission des savoirs tout comme les aînés bénévoles-lecteurs qui, en lisant des livres aux petits, partagent leur amour pour la lecture. »

Devant ma maison (2010) connaît un grand succès tant au Québec qu’à l’international et lance sa carrière en Europe. Marianne a reçu de nombreux prix en littérature jeunesse dont : le Prix du Gouverneur général du Canada en 2014 pour Le lion et l’oiseau et en 2018 pour Le chemin de la montagne ; le Prix TD de littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse en 2015 pour L’autobus et en 2018 pour Le chemin de la montagne.

Son plus récent livre Chez toi chez moi est paru aux éditions Casterman en octobre 2019. Il fait suite à la série Facteur Souris chez le même éditeur. C’est l’histoire de la famille Lapin qui occupe le premier étage d’une grande maison où vivent aussi les Hérissons et les Renards.

 

Quel est son style?

Marianne Dubuc accorde une grande importance aux détails et réalise ses illustrations avec une grande minutie. Elle réussit ainsi à évoquer le quotidien et le temps qui passe. Malgré ces précisions, elle laisse beaucoup de place au lecteur pour imaginer et réfléchir.

Dans de grands cahiers, Marianne écrit toutes ses idées, certaines dont elle a envie de parler et d’autres pas. Certains livres sont écrits rapidement alors que pour d’autres, comme les trois titres de la série Facteur Souris (2015, 2016, 2017), elle doit faire énormément de recherches. Lorsqu’une bonne idée émerge de toutes ses notes, elle écrit les grandes lignes et commence à penser aux images qui vont marquer le rythme de l’histoire. C’est un va-et-vient constant entre le texte et les illustrations. Elle trouve que, trop souvent, dans les albums, le texte prend trop de place pour que le lecteur soit actif. Pour elle, « il faut laisser une ouverture au lecteur en laissant des blancs, chacun vient combler les vides avec ses émotions. Une page sans texte permet au lecteur de faire une pause, un dialogue peut s’établir avec l’enfant ». L’image est importante parce que c’est ce que l’enfant regarde alors que les mots sont lus et entendus.

Marie Fradette souligne la capacité de Marianne à se mettre à hauteur d’enfant et à faire preuve de beaucoup d’authenticité quand elle illustre. « Cette auteure désire avant tout que l’enfant reste libre et actif pendant la lecture. »

 

Quelles sont ses préférences?

Marianne préfère dessiner les animaux, une attirance qui lui vient sans doute des personnages de dessins animés qu’elle a souvent regardés à la télévision lorsqu’elle était enfant. L’animal lui donne plus de liberté. Il lui permet de rester neutre, de ne pas lui donner de sexe ni de couleur de peau. Elle peut jouer avec les caractéristiques des animaux.

Enfant unique, Marianne avait besoin de se lier avec les autres, de créer des liens d’amitié. Cela transparaît dans certains thèmes qui reviennent régulièrement dans ses œuvres, notamment l’amitié et le temps qui passe.

Nous remercions chaleureusement Marianne Dubuc d’être venue rencontrer les membres, les coordinatrices et les bénévoles-lecteurs de Lire et faire lire ainsi que l’équipe. Avec beaucoup de générosité, Marianne a dédicacé ses livres : un petit dessin, quelques mots pour chacun. Nous étions tous sous le charme de son aisance et de son naturel à transmettre sa passion : la création au service des enfants.

Nous remercions également l’animatrice Marie Fradette qui a su cibler des dimensions importantes de l’œuvre de Marianne Dubuc ainsi que la librairie Alire qui a permis aux participants de se procurer des œuvres de l’auteure-illustratrice.

(Texte de Lise Ouellet, bénévole-lectrice et secrétaire du conseil d’administration de Lire et faire lire)

 

 

Vous partagez les valeurs véhiculées par Lire et faire lire ? Vous croyez aux objectifs de ce programme ? Pour permettre à cette belle aventure de se poursuivre...
FAITES UN DON